Qu’est-ce que l’astrologie structurale?

Principes de l’Astrologie Structurale

Postulat

Il existe une homologie de structures entre le système solaire et l’être humain. « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. » Hermès Trismégiste.

Définition

L’astrologie est l’art de discourir sur les analogies de structure entre le système solaire et l’être humain.

Les quatre principes de base de l’Astrologie Structurale

L’utilisation de la notion de structure a quatre conséquences :

1)    Elle exclut d’emblée la possibilité de prédire. En effet toute manifestation, dans le temps et dans l’espace, est un croisement entre une structure, d’une part, et des conditions extérieures, d’autre part. Or, l’astrologue ne connaît pas ou très peu les conditions extérieures dans lesquelles évolue une personne. Il est donc  incapable de savoir quelle forme va prendre l’existence de cette personne.

2)    Ce qui est défini à l’avance, c’est la structure de l’individu, pas sa manière de vivre. Cela introduit la notion de liberté et plus encore la notion de conscience individuelle, de sujet, de responsabilité dans sa manière de mener sa vie.

3)    Elle ouvre une infinité de possibilités pour la personne. Ce n’est pas parce qu’elle a une structure prédéfinie par le moment et le lieu de sa naissance que sa vie est formatée de manière définitive. Il lui suffit de changer la relation à son environnement pour que sa vie change et que d’autres potentialités, inscrites dans sa structure, émergent.

4)    Une structure est porteuse d’informations qui définissent l’identité d’un système. Une personne a donc, de manière structurelle, une identité, un Soi. L’accès à cette identité est un chemin héroïque, décrit dans toutes les mythologies. Il est question, pour la conscience individuelle, de naître à elle-même, de rencontrer cette identité, déjà-là,  qui seule lui permet de trouver sa juste place dans l’univers.

Les dix postulats de l’Astrologie Structurale

1) « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » est son postulat de base, le même que celui de toutes les écoles d’astrologie. C’est dans sa manière de concevoir ce « comme » que l’Astrologie Structurale diffère des autres écoles. Pour elle, il n’est pas question d’influence du ciel sur l’individu mais de sa structuration sur la structuration du ciel. Autrement dit : la terre est dans son environnement céleste comme l’individu est dans son environnement humain. En regardant l’un on regarde l’autre. L’un n’influence pas l’autre dans le sens d’un rapport de cause à effet du ciel sur l’individu.

2) La combinaison planètes, signes et maisons astrologiques définit la structure d’un individu, sa constitution. Cette combinaison est quasiment unique à un individu donné. Elle n’est pas susceptible de changement, pas plus qu’il n’est possible d’être plus grand ou plus petit, une fois la croissance achevée. Il faut faire avec. Toute constitution a ses avantages et ses inconvénients.  Il n’y a pas de structure idéale, il n’y a pas de bon thème ou de mauvais thème, pas de bonnes planètes ou de mauvaises planètes, de bons signes ou de mauvais signes …

3) Les aspects astrologiques représentent des modèles comportementaux issus de l’impact de l’environnement de la naissance (familial et socio-culturel). Ils représentent les schémas hérités de l’éducation qui sont des modèles répétitifs de comportement. Ceux-ci ont permis à la personne de se construire dans son enfance et de savoir comment se conduire à l’âge adulte en s’appuyant sur des comportements inconscients. Mais, en même temps, ils l’empêchent de devenir elle-même, d’accéder à sa singularité, d’être au présent. Avec les aspects, il est question du fonctionnement de la personne et non plus de sa constitution. Son fonctionnement est susceptible de changer ; pas sa constitution. La signification des aspects changent considérablement en fonction de l’évolution de la personne.

4) Il est totalement illusoire de chercher à prédire. La combinaison des quatre éléments de base de l’astrologie (Planètes, Signes, Maisons, Aspects), quoique fortement singulière à une naissance , est totalement insuffisante pour décrire le vécu d’un individu pour trois raisons. On ignore :

  • Les caractéristiques biologiques et génétiques de la personne : par exemple on ne sait pas s’il s’agit d’un homme ou d’une femme, si elle hérite de caractères génétiques handicapants ou au contraire favorisants…
  • Le milieu social de la personne, qui, le moins qu’on puisse dire, la conditionne fortement.
  • Le chemin de conscience qu’a fait la personne : s’est elle extraite de ses schémas familiaux ou non ?
    En conséquence de quoi, il est impossible de savoir de l’extérieur ce que quelqu’un va vivre. Les dés ne sont pas jetés. Le seul destin imaginable pour une personne est qu’elle devienne elle-même, qu’elle mène une vie conforme à sa structure et non à un schéma issu de son passé. Or, mener une vie conforme à sa structure suppose de s’adapter perpétuellement aux conditions extérieures changeantes et variables. C’est mener une existence vivante et joyeuse et non pas figée dans des répétitions toujours insatisfaisantes, en quête de toujours mieux et toujours plus. Tout le travail du praticien en Astrologie Structurale vise à donner des informations permettant à la personne qui le souhaite de distinguer ce qui lui est propre (constitution) de ce qui est répétitions inconscientes et conformité à un schéma familial (aspects).

5) Les transits sont l’interaction entre l’état du monde actuel et la structure de la personne. Ce sont les angles que forment les planètes à leur place actuelle avec les planètes du ciel de naissance. Ils sont la trace céleste d’un défi à mettre en œuvre un changement de vie pour s’adapter au nouvel état du monde. La source de toute souffrance est le refus (le plus souvent inconscient) d’accepter le monde tel qu’il est aujourd’hui pour essayer de le rendre conforme à un passé (représenté par les aspects). Ce refus génère une inadaptation se traduisant par des évènements qui arrivent à la personne. Pour l’Astrologie Structurale tout événement est donc sensé, porteur d’une signification qu’ il appartient à la personne de découvrir, et non une fatalité aveugle qui frappe de manière injuste et anéantit toute conscience existentielle. La vie nous met en face, parfois dramatiquement, de la nécessite de changer notre regard sur nous-même et notre positionnement dans notre existence. Ici encore, l’astrologue trouve sa place en aidant la personne à donner du sens à ce qui est insensé pour elle et qui lui donne l’impression de relever d’un destin ou d’un manque de chance.

6) S’il n’y a  pas de hasard, il n’y a pas non plus de fatalité. Là où en est une personne à un moment de sa vie dépend, certes, de son point de départ. C’est une évidence. Mais pour une grande part aussi, sa position dans la vie dépend de toute une succession de décisions et de choix antérieurs qui forment un arborescence aboutissant à la situation actuelle à partir de la situation originelle de naissance. Et cet arbre de décision ne dépend que du libre arbitre de la personne. Ce n’est écrit ni dans son thème natal ni nulle part ailleurs. En toutes occasion, il y a toujours la possibilité de faire des choix qui n’ont pas été faits auparavant, d’explorer des champs laissés en friche. L’Astrologie Structurale permet de décrire, dans une situation donnée, quels sont les choix possibles. En aucun cas, elle ne peut dire ce que la personne doit faire : l’astrologue ne peut pas se substituer à son client. Il n’a pas sa structure, n’a pas son vécu, ne connaît pas son environnement et ce n’est pas lui qui se trouve en situation de remise en cause. Il ne peut que servir de poteau indicateur à un carrefour de vie de la personne.

7) Les cycles astrologiques font intervenir la notion de cheminement de la conscience et des épreuves qui émaillent ce chemin. Ils permettent de décrire les diverses étapes de ce chemin de conscience en mettant en perspective des événements en apparence indépendants et parfois séparés de dizaines d’années. L’Astrologie Structurale se sert de ces cycles pour aider la personne à relativiser la situation actuelle et à lui apporter une altitude qui lui permettra de distinguer des solutions qui n’étaient pas visibles auparavant.

8) L’être humain est porteur d’une conscience qui lui confère la liberté. Une personne n’est pas un objet soumis aux décrets du ciel : c’est un sujet. Dans l’état actuel de l’humanité, ce statut de sujet est en construction. La société moderne est une société qui génère des objets de consommation, l’individu étant lui-même conçu comme un objet qui doit rentrer dans une case, dans un profil. L’Astrologie Structurale se positionne délibérément du côté du sujet. Pour l’astrologue, un individu est unique (son thème de naissance est unique) et ne peut s’épanouir dans que s’il réalise sa singularité, trouvant par là même sa place dans la vie. Ce chemin, décrit par C.G. Jung sous le terme d’individuation, est l’œuvre d’une vie et vise à concilier l’individu et le collectif, le conscient et l’inconscient dans une unité à la fois personnelle et transpersonnelle nommée le Soi. L’Astrologie Structurale soutient qu’il n’y a pas de modèles généraux à suivre, pas d’idéal auquel se conformer pour laisser la place au statut de sujet. Le chemin de conscience est unique et propre à chacun. L’Astrologie Structurale permet de poser des repères sur ce chemin, repères qui ne sont valables que pour une personne donnée, pour une période donnée de sa vie.

9) L’astrologie est une aide à la décision. Elle est un outil visant tout autant à une connaissance de soi qu’à une meilleure intégration familiale et sociale. Elle donne des indications, des pistes, des directions. Elle ne fait pas parcourir le chemin, elle n’est pas un processus thérapeutique. L’astrologue parle à son client, lui divulgue des informations sur les particularités de sa vision subjective, lui permettant ainsi de distinguer dans quel sens chercher pour trouver des solutions pour changer de vision si celle-ci est dysfonctionnelle. Ce faisant, l’astrologue est certainement le plus mal placé pour faire fonction de psycho-praticien, sauf à viser une toute puissance pernicieuse.

10) L’astrologie est un art pour soi-même. La singularité de la personne est repérable par sa constitution astrologique. Elle représente son unicité, son identité. L’accès à cette identité ouvre la porte à l’évidence de sa place dans le monde, à sa fonction cosmique. Cette singularité n’est pas intégrable à partir de l’extérieur, à partir du discours de quelqu’un d’autre, mais uniquement à partir de Soi, à partir du sujet, à partir du chemin qu’il parcourt dans la quête du Soi. Il est vain pour l’astrologue qui donne des consultations d’espérer donner accès à cette identité au client qu’il a en face de lui. L’astrologie ne peut apporter cet accès qu’à celui qui pratique l’astrologie pour lui-même. C’est un chemin solitaire de Soi à Soi dans la confrontation à ce qu’il faut bien appeler le Mystère de l’astrologie. Le fait que l’astrologie fonctionne pour celui qui la pratique pour lui-même et qu’il est impossible de le démontrer objectivement relève du mystère, de l’inexplicable. L’astrologie est une gnose qui implique la personne dans son entier et non pas un savoir intellectuel. À cet égard, elle est un art et non une science.

Pour les curieux des présupposés et pour creuser la philosophie sous-tendue par l’astrologie Structurale, lire l’article :